LA VOSGIENNE

Publié le par G@RCIA

Grande histoire que celle de La Vosgienne. Vous la connaissez certainement. Attention, il ne s’agit pas de la célèbre race de vaches mais de ces petites boîtes de bonbons au bon goût de miel et de sèves de pins (beurk) des Vosges ... miam !

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire de ces bonbons légendaires, étudiez donc ce petit PDF, bonne lecture.

Mais si je vous parle de La Vosgienne aujourd’hui, ce n’est pas pour vous vanter ses qualités gustatives, vous vous en doutez. C’est plutôt pour vous raconter quelle a été ça contribution à la fondation Patator.


Une histoire qui finit mal...

 

1. La génèse

C’était il y a déjà pas mal de temps. Nous étions à la recherche des éléments qui nous permettraient de construire notre futur Patator à Air Comprimé. La construction était déjà assez difficile, et la confection du fameux piston de tir nous posait problème...

Vous pourrez d’ailleurs (je pense) encore retrouver comment construire cette machine dans mes liens (si le webmaster concerné n’a pas retiré ses plans sous la menace des autorités, lol)... Il nous manquait notamment de quoi faire un bouchon au piston, s’adaptant parfaitement à ses dimensions (en l’occurrence 80mm si je me souviens). Et c’est à ce moment qu’elle est venue à nous : nous trouvâmes un bouchon de boîte de bonbons la vosgienne. Ce dernier s’inséra parfaitement, reçut son morceau de tapis de souris (si ça vous parait obscur, reportez-vous aux plans), et c’était parti.


2. Une capricieuse ...

Et oui, hélas la vosgienne n’en faisait qu’à sa tête. Bien qu’ayant des formes idéales, elle s’avérait un peu trop souple, avait des fois du mal à revenir, restait collée au canon, ou se barrait littéralement, nous obligeant alors à tout redémonter. Mais on l’aimait aussi pour ça. Quand elle faisait sa chiante, un petit coup de tournevis par la vanne de tir, et elle se remettait à sa place !

 

3. ... qui n’aimait pas les coups de tournevis

Ce qui devait arriver arriva... Le dernier coup qu’elle reçu scella son destin à jamais. Trouée de part en part elle nous quitta (snif...). Une photo prise par la police judiciaire :

Publié dans Amis

Commenter cet article

Garcia 20/07/2006 15:26

Le piston entre dans la composition du Patator Pneumatique (j'ai bien dit pneumatique) afin de libérer toute la pression de la chambre d'un coup. C'est un mécanisme un peu chiant. Lorsque tu ouvres la vanne de tir t'as le piston qui vient se coller au fond du patator, ce qui laisse entrer l'air dans le canon, puis à la fin du tir le ressort replace le piston à sa position initiale.

Nini 20/07/2006 15:17

La pauvre ;-). Bonne histoire!Mais pourquoi cette idée de piston?