Le Patator Chimique selon Klems

Publié le par Klems

Après le patator à combustion, après le patator pneumatique, voici le patator chimique !

 
Mais, vous vous demandez pourquoi chimique ? Et bien c’est simple : le principe repose sur une réaction chimique qui dégage beaucoup de gaz. Lors du contact entre les 2 composants, la pression monte « lentement » (c’est très relatif) dans la chambre de réaction. Il suffit ensuite d’ouvrir la vanne pour libérer le gaz et propulser la patate !

 
Notez que la construction doit se faire en métal ! Le PVC ne résisterait pas à une aussi grosse pression. Il est donc impossible de faire un « gros » patator chimique, à moins de disposer de vannes industrielles.

 
Néanmoins, même avec 1 seul comprimé effervescent, la puissance reste grande pour la taille de l’engin ! Une olive (munition principale, et oui, faut s’adapter à la taille...) part à 100 m !

 

Le plus grand intérêt du patator chimique (appelons le PC pour faire plus court) est donc la chambre de réaction qui est ridiculement petite pour les performances.

La construction est également très simple, pareil pour le maniement. Le faible encombrement rend ce patator facile à transporter. Il est aussi impossible de manquer un tir. Le dosage de la puissance est également très facile à régler.

 
Par contre, il a également beaucoup de défauts : réaction incontrôlable et relativement lente. Dangerosité très grande à ne pas négliger également avec des composants puissants ! La pression peut monter d’un coup et faire exploser le PC soudainement.

 

L’un des grands intérêts du PC, c’est également le choix des ingrédients qui influent beaucoup sur les performances.

 
L’aspirine + eau marche plutôt bien, mais à faire en dernier recours. L’aspirine est chère pour tirer avec un patator, donc l’intérêt est limité. En plus de ça, il faut beaucoup de temps pour que la pression monte à son maximum (= plus d’aspirine).

 
Le bicarbonate de soude + vinaigre doit bien marcher également (plus que l’aspirine). Les 2 sont faciles à trouver (le bicarbonate de soude est utilisé contre le mal de ventre, il se vend en pharmacie) sont inoffensifs et vraiment pas chers. En plus, la réaction est rapide.

 

Je ne détaille pas ici des composants plus puissants pour des raisons évidentes de sécurité. Je suis certain que pas mal de personnes ici connaissent d’autres mélanges, mais faite le à vos risques et périls. Nous déclinons toute responsabilité en cas d’accidents.

 

 

Apres la théorie, passons au chose sérieuse : la construction

 

Je vous explique rapidement le principe : 2 vannes, une pour dégager le gaz, une autre pour mettre en contact les 2 composants. Les 2 composants sont mis grâce à un bouchon.

 
Il s’agit en fait de 2 vannes accoudées avec des adaptateurs. Le pas de vis du canon est soudé. (Il s’agit en fait d’un tube avec un pas de vis)

 
Et voici une photo, on peut voir le bouchon sur la droite :


Voici comment procéder :

  1. On ferme la vanne 1, on ouvre la vanne 2 et le bouchon.
  2. On place le premier composant (si possible liquide pour des raison pratiques)
  3. On ferme la vanne 2 et on jette les éventuels reste liquide, et on nettoie bien.
  4. On place le second composant (solide, pour les même raison)
  5. On ferme le bouchon, et on ouvre la vanne 2 (après avoir vérifié que le bouchon était bien fermé) Petit conseil, agitez (pas secouez !) un peu le PC pour bien mélanger les composants...

L’ouverture de la vanne 2 fait entrer en contact les 2 composants, ce qui crée une réaction chimique qui dégage beaucoup de gaz et fait monter la pression considérablement dans la chambre de réaction.


Apres ça, vous pouvez laissez le PC dans ou coin (le temps de laisser la réaction se faire) et dévisser le canon pour préparer la munition. Les olives sont absolument parfaite (lourde, parfaitement étanche, presque exactement le même diamètre que le canon, pas chère, aérodynamique, s’adapte facilement, et en plus, c’est bon !), mais les patates font très bien l’affaire également. Bref, ayez la même imagination qu’avec les gros patators !

Ensuite, on revisse le canon, et on ouvre la vanne 1 ce qui libère le gaz et propulse l’olive !

 

Petite précision également : les pas de vis (vanne, raccord avec pas de vis) devront être entourés de téflon. (Et n’hésitez pas sur le téflon !)

Pour les vannes, préférez des vannes ¼ de tour.

N’oubliez pas le joint sur le bouchon, il faut que la construction soit étanche !

 

Je ne vous explique pas les diamètres, ni quel embout acheter, faite comme vous le sentez, du moment que tout rentre parfaitement. Vérifiez que tout va bien dans le magasin avant d’acheter tout le bordel !

Utilisez une vanne femelle/male et une vanne femelle/femelle, pour éviter d’acheter un autre embout. Ne prenez pas de bouchon male, car il est impossible de mettre un joint.

 

Mais, surtout, surtout, faite le exclusivement en métal ! La réaction chimique produit une TRES grosse pression, donc ne rigolez pas avec ça. Pas de PVC, uniquement du cuivre et du fer. Même une construction en métal n’est pas sans risque, avec des composants supérieurs au bicarbonate de soude. Si vous tentez quelque chose de « sérieux » (mais est-ce qualifiable de sérieux ?), ne prenez aucun risque : Recouvrez le PC de quelque chose de dur et écartez vous. Lors du tir, prenez soin de ne pas agitez la chambre de réaction, par mesure de précaution : on ne sait pas ce qu’il peut arriver.

Ce patator est donc très dangereux, encore plus que le patator pneumatique.


N’oubliez pas également que les composants liquides peuvent être projeté avec le tir. Avec de l’eau et de l’aspirine, c’est inoffensif et plutôt amusant. Mais lorsque l’on manipule de l’acide, ça devient nettement plus dangereux.

 

Ce patator est donc parfait si l’on veut faire des réalisations esthétiques. En effet, le faible encombrement permet au patator d’être intégré discrètement, dans une crosse en bois par exemple. (Ce qui fait un patator facile à manipuler : à nous les joies des tirs de précision !)

Et puis, les performances supérieures au mini patator, pour un volume beaucoup plus petit plairont sûrement les adeptes de la miniaturisation.

Publié dans Créations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anonyme 07/08/2011 19:02


comment on trouve le canon svp ( j'ai été a brico depot et il y avait rien)


el djipey 15/07/2007 19:32

une idée me taraude: un pote a fabriqué un patator pneumatique en cuivre, il est fait presque comme le patator chimique, et lui il atteint des pressions de 6 à 8 bars.vous devriez essayer.

dhalsim kamikaze 29/04/2007 17:42

l'Acide chlorydrique + papier d'aluminium est la meilleur solution qui protuit excesivement de gaz donc une super grande pression vous pouvez l'utiliser dans une bouteille de champagne tres solide mettai y le bouchon de liege en lenfoncant bien mais par mesur de precaution rester au moin a tres grande distance .... plus de 50 m au cas ou si vous compresser 1 metre dlumium tres fortement  la reaction aura lieu sous plusieur minute ( assez pour se metre a labrit) j'ai deja tester une chose mais celle si est tres dangereuse la pire des pire qui peu tuer quelqun si mal manipuler cela sapelle un mortier ( mieux connu sous le nom de  canon)vous pouvais tirer des chose lourd genre une brique tailler au diametre du canon exclusiment en metal dun diametre de 6 cm et depaisseur 2cm mini et de longeur1m20  le melange utiliser est un melange( trouvable dans le commerce ) qui produit une explosion avec flammes ... dune tres grande puissance  "a comparer avec la poudre noir) la on sort des truc de gamin XD pour plus dinfo me contacter XD je ne peu pas formuler la formule chimique ici je disais ca juste pour ceux qui en on marre des ptit truc pas puissant c pas un jouer et c'est passible d'amende et de prison pour possession d'arme et d'explosif

kévin 10/04/2007 22:18

il marche avec du bicarbonate de sodium et du vinaigre

kévin 10/04/2007 22:11

salut a tous
moi aussi je men suis fabrqué un mé je voudré savoir quelle longeur de canon faut t-il?et combien de temps  fau t-il le laissez avan de tiré?MERCI de me répondre